Les bretons voyagent

Les bretons aiment voyager

Les Bretons ont toujours été des voyageurs « aventuriers ». Ils sont nombreux à vivre à l’étranger et il est difficile de les recenser, mais on pense que 1 français sur 10 vivant à l’étranger peut se revendiquer breton. Le goût des voyages est toujours bien présent et les vols low cost sont en forte progression depuis les aéroports bretons (Brest, Rennes, Dinard, Quimper, Lorient et Nantes). Comme le montre cet article, les compagnies aériennes low cost sont bien implantées dans la région.

 

Ryanair, Volotea, Vueling… Les vols low cost boostent le tourisme breton

  • Les compagnies aériennes à bas coûts - les bretons voyagent

    Les aéroports bretons et les vols low cost

    Les compagnies aériennes à bas coûts – et notamment l’irlandaise Ryanair – grignotent petit à petit les parts de marché des compagnies traditionnelles. | Ouest-France
Les compagnies à bas coûts s’implantent toujours davantage en Bretagne. Si les locaux sont les premiers à en profiter, elles drainent un nombre croissant de touristes étrangers dans la région.

Avec des tarifs moyens proches de 50 €, elles ont révolutionné le voyage en avion. Ryanair, Vueling, Volotea… Les compagnies low cost représentent aujourd’hui une part impressionnante du marché de l’aérien. La société irlandaise Ryanair se targue même d’être « la première compagnie européenne en termes de passagers ».

« Démocratiser le voyage en avion »

Yann Delomez, directeur marketing de Ryanair pour la France, en est convaincu, « à l’avenir, pour les vols court-courriers, la norme sera le low cost ». Véronique Gevel, responsable commerciale de l’aéroport de Brest le confirme : « la part de marché des compagnies traditionnelles ne cesse de chuter ».

Et pour cause, à Brest, 30 % des vols sont réalisés par des compagnies à bas coûts. À Dinard, le taux atteint 98 %. Une tendance qui se confirme sur la plupart des aéroports européens. Car sans conteste, « les low cost ont permis de démocratiser le voyage en avion ».

Lire aussi : Transports. Joon, la compagnie à coûts réduits d’Air France

De courts séjours, plus souvent

Au départ de Brest, Lorient, Rennes ou Dinard, le touriste breton peut désormais opter pour le soleil de Palma de Majorque, un english breakfast à Londres et même une escapade à Porto. Et cela sans se ruiner.

Lire aussi : Les compagnies low cost s’élancent sur l’Atlantique

« Aujourd’hui les gens souhaitent partir moins longtemps, mais plus souvent, explique Jean-Patrick Philippe, président de l’office de tourisme du Pays de Lorient. L’arrivée du low cost a favorisé ce mode de tourisme ». Détrônées les grandes vacances d’été, désormais on préfère les longs week-ends, plusieurs fois dans l’année. Parce qu’elles favorisent les courts séjours, ces lignes permettent ainsi de lisser les visites tout au long de l’année et plus seulement pendant la période estivale.« Elles ont aussi la particularité de fidéliser la clientèle »,applaudit l’office de tourisme de Rennes.

Mais pour l’instant, ces lignes sont avant tout une aubaine pour les Bretons désireux de s’envoler pour les vacances. Car les touristes étrangers, hormis les Britanniques, sont encore peu nombreux à les utiliser.

95 % de Bretons

« Les avions Lorient-Porto sont réservés à 60 % par des Bretons » indique Yann Delomez. À Quimper, seulement 5 % des vols vers Barcelone bénéficient à des Espagnols. « Mais la tendance s’inverse, la proportion d’Espagnols a très nettement augmenté », note Véronique Gevel à Brest. À Rennes aussi, l’office de Tourisme se félicite de compter de plus en plus de visiteurs espagnols. Ils étaient 255 au mois de juin 2017, contre 142 en juin 2016. Une évolution largement due à l’ouverture de la ligne Vueling Rennes-Barcelone.

Pour Ryanair, « le credo, c’est avant tout de faire venir les touristes ». Mais Jean-Patrick Philippe le rappelle, « un territoire accessible est aussi une aubaine pour le tourisme d’affaire ». Les ouvertures de lignes, récemment la liaison Ryanair Lorient-Londres Stansted, offrent ainsi de belles perspectives.

(30)

Leave a Reply