Le Télégramme – Start-up

Une start-up qui a de l’avenir

Une start-up en forme de rêve américain. Une idée qui germe au hasard d’un voyage. Trois personnes qui ne se connaissent pas, se retrouve à bord d’un avion et là « Euréka ».  Pourquoi, ne pas partager un véhicule pour rejoindre ou quitter l’aéroport ? Pour faire des  économies et de nouvelles connaissances, c’est tout à fait le service qu’il nous faut. A l’heure de l’économie collaborative, cette excellente idée se transforme en start-up quelques mois plus tard, très vite une application est développée puis mise au point.

Stat-up

Car-Fly sur votre smartphone

I believe I Car-Fly

Fin mars, Yves Paugam a lancé l’appli Car-Fly. Son objectif ? Mettre en relation les passagers d’un même vol, avant le décollage ou après l’atterrissage, pour qu’ils covoiturent. Simple, mais il fallait y penser !

C’est tout logiquement à l’aéroport que le Brestois Yves Paugam, ancien de la Royale, a eu le déclic. L’idée de l’application Car-Fly est née à bord d’un avion en piste à Guipavas, à destination de la Tunisie. Deux voisines de siège se rendent compte qu’elles ont pris chacune leur voiture, alors qu’elles venaient de Morlaix (29). « Si on avait su… ». Yves Paugam se dit alors qu’il y a un truc à faire : mettre en relation les passagers d’un même vol, pour qu’ils puissent covoiturer avant le décollage ou après l’atterrissage. Comment ? A partir du trait d’union entre les passagers : l’avion avec son numéro de vol unique et universel. Simple, mais prometteur, tant le marché potentiel est énorme.

Réduire les frais de déplacement et de parking

Entouré d’une équipe pluridisciplinaire, il fonde la société Webyp et lance l’application Car-Fly. Le fonctionnement est extrêmement simple : le voyageur rentre son numéro et sa date de vol, et peut ainsi visualiser, sur une carte, les passagers du même avion souhaitant covoiturer. L’appli met ensuite les volontaires en relation, grâce à un SMS, et à eux de s’accorder sur les modalités de covoiturage.

Le tout est réalisé en trois clics et gratuit pour les voyageurs. « L’intérêt est multiple : cela permet de mutualiser les coûts de déplacement, en voiture ou en taxi, au départ ou à l’arrivée, de réduire les frais de parking, mais aussi de rassurer ceux qui voyagent seuls », liste Yves Paugam, qui compte développer l’appli à partir de Brest, Rennes, Nantes et Bordeaux.

Gros potentiel

Reste que pour fonctionner, l’appli a besoin d’acquérir une masse d’utilisateurs. Son créateur y croit. « Une enquête de la DGAC, en 2015, montre pour la première fois qu’1 % des voyageurs venait en covoiturage. Or, rien qu’en France, les aéroports comptent 160 millions de passagers chaque année. Le potentiel est réel, et l’appli n’a pas vocation à se limiter aux aéroports français ». « I believe I Car-Fly », doit se dire Yves Paugam…

 

 Un partenariat avec les aéroports de Brest et Quimper

Start-up - L'innovation

Car-Fly le N°1 du covoiturage d’aéroport

L‘aéroport de Brest et celui de Quimper ont décidé de promouvoir le covoiturage. Ils ont ainsi fait appel à une start-up, Car-Fly qui s’est donnée pour vocation de mettre en relation des passagers d’un même vol (ou d’un vol d’un même créneau horaire) qui désirent covoiturer pour prendre leur avion ou pour rejoindre leur destination finale après le vol. Pour les deux aéroports la « solution retenue allie praticité et convivialité à la lutte contre le gaspillage d’énergie ».

L'innovation

Car-Fly

(46)

Leave a Reply